Grounded design as an alternative to design thinking – La Conception Ancrée comme alternative au design thinking

What if « thinking out the box » was counterproductive for innovation processes in organizations? How do we weave together knowledge about organizations and their environments and creative design tasks? How can we ground design in the identity and culture of the organization? What are the methods we need to develop to help people innovate in situation?

The Codesign Lab has partnered with Gilles Lejeune from Mardi Conseil to test new ways of bringing together who we are with who we could be on a personal as well as an organizational basis. The first result of this research is a methodology called the “organa method” related to the design method of personas. Published here:

https://www.sfsic.org/attachments/article/3280/Pre%CC%81-actes%20vol%202%20-%20congre%CC%80s%20SFSIC%202018.pdf

Indiscipline of Design: Bridging the Gap between Humanities and Engineering

Annie Gentes’ book on the In-discipline of Design is now published! For more information look at the dedicated website: « Indisciplineofdesign ».

With examples coming from art, design, and engineering, she shows that the focus on technical functions and even social uses is not enough to come up with new designs. The Humanities as a reflective discipline on meaning making activities are at the core of design practices.

Her main contribution is therefore to demonstrate that the epistemology of design incorporates specific conceptive activities that are directly related to the Humanities. The Humanities’ methods of analysis, concepts, and theories about information, texts, media, composition, and dialogism, contribute to define the epistemology of design.

 

Samuel Lacroix (U.C)

Names, title

Here write your bio + links to website, publications, etc.……………………

Dorian Reunkrilerk

Dorian Reunkrilerk, PhD candidate

Supervision : Annie Gentès (HDR) et Estelle Berger (Co-encadrante)

Research topic : Savoir/faire l’expérience du design : exploration des formes d’exposition au design en entreprise.

Cette recherche prend racines dans des expériences professionnelles dans le champ du design et des musées en tant que designer et curateur. Elle se base sur la notion de Design exposure, en écho aux enjeux de l’Experience design.

« Du point de vue créatif, le designer est une boîte noire d’où découle le mytérieux élan créatif ; du point de vue rationnel, le designer est une boîte transparente à l’intérieur de laquelle peut être discerné un processus entièrement explicable. »

John Cristopher Jones, Design Methods : Seeds of human Futures, Londres : Wiley-Interscience, 1970.

 

Cette thèse s’appuie sur deux points de vue qui convergent : d’une part il faut considérer comment les personnes sont affectées par une culture du design. D’autre part, il faut comprendre comment le design s’expose de façon à toucher ces différents publics. Parler du design de l’expérience conduit à porter un regard nouveau sur les postures du designer :

 

  • Il agit comme un interprète qui représente et cartographie un système complexe qu’est l’entreprise au regard des dynamiques socioculturelles de la société.
  • Il se place en tant médiateur/curateur avec l’entreprise, l’usager et ses collaborateurs pour donner forme aux relations qu’il aura jugé souhaitable à travers des outils, objets, des situations, des expériences qui permettent l’émergence d’un débat.
  • Enfin, il constitue un connecteur de compétences pour mener un travail de semi- projection afin de dessiner de nouvelles perspectives pour l’entreprise.

 

En explorant les savoirs et formes de conception discrets qui ont lieu à toutes ses échelles, l’objectif est d’identifier les conditions d’une réelle exposition (au sens de s’exposer soi-même) du design au sein d’une organisation et en quoi cela peut participer à son développement. Comment le design peut apporter du sens et de la perspective au sein-même de l’entreprise, en agissant avec et à partir des pratiques internes des collaborateurs ? Que peut ainsi apporter le design de spécifique à une culture managériale ?

 

 

Bio :

Formé à la recherche en design et au commissariat d’exposition (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Dorian Reunkrilerk entreprend une recherche autour des enjeux et des formes d’exposition du design à la fois au sein du champ culturel et celui de l’entreprise.

 

Formation 1De l’élaboration de recommandation marketing à la mise en place de mediaplanning en passant par la conception-rédaction, la publicité fut une occasion de réaliser et d’évaluer l’impact de la communication, de l’image et de l’information sur des publics considérés comme « cibles ».

Formation 2Par la suite, c’est vers la recherche en design qu’il se dirige afin d’évoluer et de participer à ce champ de pratiques encore en développement. C’est durant ces deux ans que le milieu des musées et la problématique de l’exposition rentre au cœur de ses projets. Après des passages au sein d’institutions (Centre Pompidou, Palais de Tokyo) et en agences de design, il se dirige vers le curating pour développer une réflexion sur la monstration du design.

Formation 3En explorant le champ de l’exposition et de ses acteurs, le master 2 entrepris fut un moyen d’écrire un mémoire de recherche sur des alternatives muséographiques dédiées au design et par une exposition (Design ex machina) autour des processus de conception et de fabrication ouverts pour lesquelles les designers (mais aussi bricoleurs, makers, artistes) s’intéressent largement.

Recul Intégré par la suite au Centre Michel Serres, l’enjeu était de pouvoir confronter ses connaissances et ses méthodes au sein d’un groupe pluridisciplinaire au service d’un projet concret : inventer une expérience de vie étudiante pour le prochain Quartier Universitaire International du Grand Paris.

ConcrétisationAprès être une nouvelle expérience au Centre Pompidou (service design et prospective industrielle du Musée) puis au Festival D’Days en tant que chargé de médiation, c’est donc vers la recherche qu’il se tourne, au sein du groupe Displays (Ensadlab) lors d’une année de préparation doctorale afin de développer sa réflexion sur la notion d’exposition.

Maintenant Intégré au Codesign lab de Télécom ParisTech en tant que doctorant CIFRE.

 

Contact et external links :

dorian.reunkrilerk@gmail.com

06 63 87 07 10

LinkedIn

Academia

ACA project 

pointhuit

Exalt Design Lab

CV

Justine Peneau

Justine Peneau, PhD candidate

After graduating, in 2015, my Research Master degree : Design, Media, Technologies in which I became interested in the question of narrative and fiction as a design and mediation tool for design and more particularly critical design,  I have integrated the Michel Serres Center for one semester in an interdisciplinary project with the EPA Plaine de Saint-Denis, on the subject of the new international university district and the question of how students can leave and experience new ways of leaving in this district. I later joined the CoDesignLab on the ANR project « Descitech » which focuses on collaborations between designers and scientists. In this context, I worked more specifically on the way in which the confrontation design / science makes a modification on the posture of the scientist immersed outside his laboratory and the operating modes that he knows.

CIFRE Thesis, with EMAKINA :

The design of experience is about designing what will be experienced by others. However, users approach artifacts with their own motivations, experiences, and intentions, so artefacts are interpreted in different ways by different people in different contexts (Crilly, Maiers, Clarkson, 2008). The interpretation of an object, a situation, a place (conceived) happens without access to the designer, and independently of her/his initial intentions.

This thesis questions how to make the designer, client and end user dialog. This research will study the interactions between each of the stakeholders through the objects, the services and the communication around the value propositions at the time of their reception but also at the moment of their production.
From the point of view of design practices, one must ask how the different stakeholders enter a process of co-learning, in which there can be a mutual understanding (Habermas, 1987) of what everyone defines and expects from the “experience”. The designer has to organize a conversation (verbal or extra-verbal) in which each stakeholder presents his/her own culture and discusses it with the others. The research will look into how to construct a common interpretation of a situation (Gadamer, 1960), here centered around the concept of
experience. This construction of an ‘inter-objectification’ of sensitivities involves media and devices whose formats, circulations, types of legitimacy must be studied in order to establish a typology and link this typology to strategies of multidisciplinarity and pluriculturality that they authorize, support, or prevent.

Estelle Chaillat

Estelle Chaillat — PHD STUDENT

  1. Annie Gentes (Directrice 50%) : Sciences de l’information et de la communication
  2. Uriel Hazan (Co-Directeur 25%) : Biologie / Virologie
  3. Anne Lefebvre (Co-encadrante 25%) : Philosophie des techniques

SUJET DE RECHERCHE  /  RESEARCH TOPIC
Cette recherche s’intéresse aux pratiques visuelles des scientifiques expérimentaux: nous cherchons à déterminer si ces dernières peuvent être étudiées comme des pratiques de conception, et plus particulièrement de design. Il s’agit pour cela d’identifier les opérations mobilisées dans la fabrication et l’usage des images par les chercheurs biologistes, afin d’étudier leur statut conceptif. Nous nous interrogerons ensuite plus spécifiquement sur leur relation au design (graphique), dont les acteurs eux aussi mobilisent l’image comme médium et support de leur travail d’intelligibilité du sens. Cette thèse entend questionner dans leur dimension conceptive les rapports pratiques entre design graphique et biologie, avec un intérêt particulier porté à leur propriété heuristique.

Might visual practices of experimental scientists be studied as designing practices, and more specifically, as designerly ones –meaning, as designing practices specific to design as professional applied art discipline? In order to study the conceptive status of scientific imagery-making, this research aim to identify specific operations mobilized for the making and uses of visuals by biologists researcher at work. We then question relationships between their visual practices and the ones identified for (graphic) design, which actors also mobilize images as a medium and support for their semantic work. This thesis aim at questioning from a practical point of view relationships between graphic design and biology in their conceptive dimension, with a particular attention to their heuristic propriety.

DOMAINE DE L’OBJET D’ÉTUDE : MICROBIOLOGIE
Nos questionnements touchent –et sont nourris par– différents domaines du champ disciplinaire des sciences naturelles. Néanmoins, nous nous restreignons plus particulièrement à interroger les pratiques visuelles de la biologie, spécifiquement à l’échelle du microscopique.

APPROCHE : QUALITATIVE / CONSTRUCTIVISTE / INDUCTIVE
Notre approche se veut constructiviste, qualitative, et d’inspiration ethnographique. Nos outils conceptuels sont mis au point afin de saisir sous un angle spécifique au contexte de notre recherche (conceptiondesignscience naturelle) la question de la construction des connaissances scientifiques. Pour ce faire, ces derniers sont construits sur la base des notions identifiées au travers des discours des acteurs impliqués dans la fabrication des visuels scientifiques, ainsi que des travaux d’ethnographie de laboratoire publiés à ce jour. Nous puisons dans les apports des travaux issus des sciences sociales et humaines : en analyse des sciences et des techniques (STS) sur la mobilisation des images scientifiques dans la recherche, et à propos de la visualité des sciences (Visual Studies of Science, VSS).

DÉMARCHE : SITUÉE / OBSERVATIONNELLE / RÉFLÉXIVE
Nous étudions dans un premier temps le rôle des images scientifiques et les critères de validation sous-jacent à leur production. Ces critères nous semblent guider les pratiques visuelles des scientifiques, notamment car ils établiraient les qualités attendues pour une image dans le cadre de la recherche (Allamel-Raffin, 2004 ; Dondero, Fontanille, 2014). Pour participer à ce champ d’étude, nous mobilisons la notion de « beau » comme concept situé, en l’étudiant au travers des discours de différents acteurs impliqués dans la fabrication des images.

Dans un second temps, nous allons observer sur un terrain de laboratoire les opérations engagées dans la production et l’usage des visuels, avec un intérêt particulier pour le stade de la recherche correspondant à la récolte de données et la fixation de l’évidence (Amann, Knorr-Cetina, 1990).

Enfin, nous menons une réflexion sur l’apport d’étudier une pratique visuelle issue du champ des sciences naturelles pour réfléchir aux modes pratiques du design (graphique).

INSCRIPTION DANS DES CHAMPS DE RECHERCHE & TRAVAUX :
Science and Technology Studies (STS) ; Visual Studies of Science (VSS) ; Sémiotique de l’image scientifique ; Analyse de la conception ; Méthodologie de la recherche en design ; Action et objet du design.

FORMATION :
1. DESIGN GRAPHIQUE : Formée aux arts graphiques par le biais de deux formations, l’une spécialisée sur les médias et chaines de production de l’imprimé (BTS Duperré), l’autre attachée à la narration au travers des médias du numérique (DSAA Jacques Prévert).
2. RECHERCHE EN DESIGN : Formation d’une année MASTER 2 à l’ENS PARIS-SACLAY, ayant permis de se familiariser aux méthodes de récolte bibliographiques et documentaire, de recherche de sources primaires, et à la formation de corpus, notamment au travers de fonds d’archives comme celui de la bibliothèque Kandinsky et du Centre Pompidou. Cette année sera aussi l’occasion d’un premier stage d’observation (flottante) à l’Institut Pasteur, pour fonder le projet de thèse.

ENSEIGNEMENTS : (mission complémentaire dans le cadre de la thèse)

  • Introduction à la recherche scientifique : Champs, Domaines, Discipline, Objet
  • Méthode de la recherche scientifique : Bibliographie, Corpus, Documents
    • Exercices d’écritures pour structurer un projet de recherche
  • Introduction à la recherche scientifique en design : Chronologie, Paysages, Applications Pratiques
  • Idéation graphique : Mobilisation de l’inscription visuelle pour s’aider à penser un projet de recherche
    • Exercice de mise en forme visuelle d’un projet de recherche en phase de montage

CONTACT & EXTERNAL LINKS :
Research Gate

Biennale Internationale Design 2017

Our long-time collaborator Tiphaine Kazi-Tani was one of the associate curator to the Biennale Internationale Design 2017, which took place this spring in Saint-Étienne.

This 10th edition explored the contemporary paradigmatic shifts in the world of work, from humans-as-a-service to worldwide real-time cooperation, from fablabs to digital labor.

Chapters written by Tiphaine can be found in the Biennale’s catalog (ed. Olivier Peyricot), alongside texts from Olivier Peyricot, Marie Lechner, Ilona Gaynor, Joseph Grima, Thomas Thwaites, Catherine Geel, etc.

invitation-maxmollon-pompidou

Le « Design Marabout n°1 » c’est le mercredi 3 mai à 19h au Centre Pompidou

Le Design Fiction relance-t-il l’innovation… droit dans le mur ?

 

Le Centre Pompidou vous invite à une conférence de Max Mollon suivie d’un débat avec Tiphaine Kazi-Tani (designer chercheur.e, Cité du design de St-Etienne) et David Benqué (designer chercheur, Royal College of Arts, Londres) en dialogue avec le public.
Modération : Romain Lacroix

 

Max Mollon est designer, enseignant et doctorant au Codesign lab de Télécom ParisTech et au programme SACRe à l’ENSAD. Il y conduit une thèse sur sa pratique, le Design Fiction, entre contestation et contre pouvoir.
 Face aux crises complexes et aux opinions polarisées des débats de nos sociétés, peut-on résisiter au “problem-solving”, mission usuelle du designer, pour questionner les enjeux en profondeur ?
C’est l’intention de Max Mollon dont les objets conflictuels ouvrent une brèche : un espace de confrontation aux autres et aux visions dominantes ;  un espace d’écoute et d’inter-compréhension. Pour cela, il pousse les pratiques du Design Critique, Spéculatif et Fiction hors des milieux de l’art. Mais quelle est leur place en société ? Venez en débattre.

 

Sur le principe du « marabout, bout de ficelle… » le nouveau cycle du Centre Pompidou souhaite explorer le champ prospectif du design dans un esprit d’ouverture et de curiosité. Un invité en amenant un autre, cette concaténation ou chaine « maraboutesque » mettra en lumière des démarches moins visibles du grand public, plus souterraines, voir minoritaires mais qui font la richesse et le terreau du design de demain. Il s’agit de la première programmation à se construire sur un principe d’auto-génération, moyen de ne plus donner la parole au centre mais aux marges, et comme le disait JL Godard, « c’est la marge qui tient la page ». Max Mollon sera notre premier « marabout ».

 

DESIGN MARABOUT n°1
DESIGN FICTION PAR MAX MOLLON
MERCREDI 3 MAI 2017/19H/PETITE SALLE
en partenariat avec Intramuros
_
Entrée libre mais places limitées ! ›› Inscription sur Facebook

Image : Épicure.app, Max Mollon, 2016 Fausse publicité, support au débat sur le futur de la santé et des algorithmes de prédiction, pour Espace Éthique IDF, Paris.

“No thanks I don’t need a new chair.” – Oblique design practices, debate @Centre-pompidou Paris

INVITATION: 19h, ce Jeudi | next Thursday (8 dec. 2016), Parole au Centre Pompidou, “petite salle”. Free entrance.

“Non merci je n’ai pas besoin d’une nouvelle chaise.”
On entend souvent cette réponse quand on se présente en tant que designer. Dans ce contexte (français), un débat sur les pratiques non-conventionnelles du design est plus que bienvenu. Et vous y êtes conviés ! Un peu moins d’1h de débat avec le public et les 3 discutants (dont j’ai le plaisir de faire partie). Emile De Visscher, nous présente sa revue “Obliquite” et les limites floues du design avec l’ingénierie, l’art et la participation sociale.
›› Venez et soyons bavards!

“No thanks I don’t need a new chair.”
This is what one usually gets when introducing her-imself as a designer. In this (French) context, a debate on unconventional design practices is welcome. And you’ll be part of it! A bit less than an hour of discussion with the audience and 3 respondent (including myself). Emile De Visscher will be presenting his “Obliquite” editorial project and design’s limits with art, engineering and social participation.
›› Join in and be talkative!

Infos:
›› http://bit.ly/obliqPompidou – Event page | de l’évènement
• Speaker: Émile de Visscher (PSL Research University SACRe/ EnsadLab) ›› http://www.ensadlab.fr/fr/emile-de-visscher-2/
• Respondent: Juliette Pollet (Centre national des arts plastiques – CNAP), Emmanuel Guy (Parsons Paris) et Max Mollon (SACRe PSL/ EnsadLabTélécom ParisTech/ CoDesign Lab & Media Studies). ›› http://maxmollon.com
• Obliquite – LPP – Les Presses Pondérées

Affiche conférence Émile de Visscher @Centre-Pompidou

May 9th : CoDesign Lab @ Strate Research

Tiphaine Kazi-Tani will take part to the ultimate session of the annual Strate Reserch seminar, at Strate School of Design.
Backing up on some seminal thoughts by W. Benjamin, A. Mendini, A. Branzi and J. Derrida, her talk, entitled « De quel côté être ? Du design, de l’expérience, du design d’expérience« , will question experience turned to a profitable incentive within a capitalistic framework.

Strate Research 2015-2016 Seminar : Expérience / Design #4
Lecturers : Tiphaine Kazi-Tani, Yann Aucompte, Bastien Kerspern & Estelle Hary.
Chaired by Estelle Berger.

Monday 09.05.2016, 5-7 PM
@ Strate School of Design
27 av de la Division Leclerc – 92310 Sèvres